Noël en Europe

Fou du Droit - décembre/janvier 2015-2016

            Ah, Noël ! Le temps des cadeaux, des chocolats, de la neige, des révisions … Mais non, laissons de côté tout ça et partons pour une petite balade culturelle en Europe. En effet, Noël est une fête traditionnelle et familiale célébrée avec enthousiasme à travers tout le continent. Néanmoins, chaque pays possède des traditions qui lui sont propres. Certains sont très gourmands, d’autres accordent une grande place aux saints patrons, tandis que d’autres encore respectent au pied de la lettre les traditions transmises au cours des siècles. Penchons nous donc un peu plus sur cette fête qui a le mérite d’être commune à tous les européens. 

 

Les Saints Patrons protecteurs de Noël

 

            Si en France nous sommes tous de grands fans du très cher Père Noël, de nombreux pays européens restent attachés à d’autres figures plus ou moins religieuses. En Grèce et à Chypre par exemple, Saint Basile est à l’honneur. C’est le jour de sa fête, soit le 1er janvier que sont distribués les cadeaux. Homme pauvre, il chantait dans les rues afin de recueillir de l’argent pour étudier. Les grecs racontent qu’un jour où l’on se moquait de lui, le bâton sur lequel il s’appuyait a fleuri. Sainte Lucie de son côté est fêtée dans différents pays européens du nord. Sainte patronne des lumières, les scandinaves la fêtent dans la nuit du 12 au 13 décembre. Il ne faut pas non plus oublier Saint Barbara (Sainte Barbe) fêtée le 4 décembre en République Tchèque ou en Allemagne par exemple. Toutefois, il existe un patron craint par les enfants… Il s’agit bien sûr du Père Fouettard qui accompagne Saint Nicolas lors de sa visite aux enfants le 6 décembre. Personnage sinistre, il dispense des coups de martinet aux enfants qui n’ont pas été sages pendant l’année alors que saint Nicolas distribue des cadeaux à ceux qui ont été sages. Dans certaines régions françaises et belges, les coups de martinet sont remplacés par une livraison de charbon ou de betteraves à sucre

 

Et avant noël, que fait-on ?

 

           Les européens se préparent au mieux pour les fêtes de fin d’années, et le mois de décembre est le théâtre de nombreuses traditions à travers le continent.  Pour les allemands, les autrichiens, ou encore les danois, le premier dimanche de l’Avent marque le coup d’envoi des fêtes de fin d’année avec notamment l’ouverture des marchés de noël sur les places des villes et villages. Ils allument alors la première bougie de la couronne de l’Avent, couronne faite de verdure composée de quatre bougies qui seront allumées successivement les dimanches précédant noël. Afin de les faire attendre patiemment le jour de noël, des calendriers de l’Avent renfermant de délicieuses sucreries sont achetés pour les enfants dans de nombreux pays tels que la France ou le Finlande. Bon nombre d’européens tels que les allemands, les espagnols, les hongrois, les lettons et bien d’autre encore, ont également l’habitude de décorer un arbre de noël, ainsi que leur maison et leurs rues de guirlandes colorées et lumineuses. En Irlande particulièrement, mais aussi  dans d’autres pays dans une moindre mesure, de nombreuses bougies sont allumées dans les maisons sur le rebord des fenêtres. En attendant noël de nombreuses gourmandises sont également préparées. En Allemagne, à la St-Barbara ce sont des biscuits en forme d’animaux et à la St-Nikola des « Spekulatius », en République-Tchèque ce sont des « cukrovi », au Luxembourg le traditionnel « Stollen » accompagné de vin chaud (également répandu en France et en Allemagne). En Lettonie ou en Italie, il est même de coutume d’offrir des biscuits à ses collègues, voisins ou amis. Ensuite, parce que Noël correspond à la naissance de Jésus, de nombreuses crèches vivantes ou faites de santons sont réalisées puis visitées en République-Tchèque, en Espagne et à Malte notamment. En France, cette tradition se perd quelque peu. Enfin, les pays européens du nord ont quelques traditions plus particulières en attendant noël, puisque les finlandais et les estoniens ont pour coutume d’aller profiter des saunas. En Finlande, il y a même l’élection de la « Lucie nationale » jeune fille devant tout le mois durant visiter les hôpitaux, écoles et marchés de noël dans le but de délivrer un message de lumière d’espoir et de charité.

 

« Père Noël, j’ai été bien sage toute l’année… »

 

          Tous les enfants européens attendent avec impatience de recevoir leurs cadeaux ; pourtant, certains doivent être beaucoup plus patients que d’autres… En effet, si le père noël dépose traditionnellement les cadeaux la nuit du 24 décembre, il semble commencer sa tournée dans des pays bien précis. Il n’est ainsi pas rare qu’en Suède, en Norvège ou en Slovénie par exemple, les cadeaux soient livrés le 24 décembre au soir. Toutefois, ce n’est pas le cas de la Grande-Bretagne ou de l’Irlande pour lesquels les cadeaux ne sont déposés que le 25 décembre au cours de la journée. Certains pays comme l’Allemagne par exemple n’ont pas vraiment de date précise pour cela. Toutefois, certains pays marquent une plus grande originalité encore. En effet, les enfants chypriotes ne reçoivent leurs cadeaux que le 1er janvier là où les jeunes hollandais ont la chance d’en avoir dès le 5 décembre à l’occasion de l’arrivée de Saint Nicolas.

 

Des pays méconnus avec des traditions originales

 

           En Bulgarie, la fête de noël est extrêmement traditionnelle et soigneusement préparée : sur le plancher de la salle à manger, il est coutume d’étendre de la paille recouverte d’une nappe réservée au réveillon de Noël. Puis il y est posé précisément sept, neuf ou douze plats maigres. Par la suite, afin de purifier et prévenir du malheur, la personne la plus âgée passe avec des bâtonnets d'encens dans toutes les pièces de la maison.  Aux douze coups de minuit c’est le « Koleda », la fête de noël commence. Les jeunes filles préparent un pain spécial, le « Kravay », destinés aux « Koledari » (hommes célibataires). C’est une manière pour elles d’exprimer leurs préférences.  Les chanteurs de Noël font ensuite le tour du village vêtus d'habits traditionnels et tenant à la main un « Kolédarka », un grand bâton en bois de chêne sculpté et reçoivent en échange des cadeaux. La fête de Noël continue ainsi jusqu’au levé du jour.

 

            À Malte, on célèbre Noël avec ferveur de la période de l’Avent à la nouvelle année. Quatre semaines avant Noël, les habitants de l’île plantent des graines de millet qu’ils laissent pousser dans l’obscurité. Privées de chlorophylle, les pousses sont blanches, comme la barbe du père Noël. Cette « Gulhiena » est alors exposée à la fenêtre ou à côté du sapin et de la crèche le 24 décembre au soir. Les rues et les maisons sont aussi très illuminées et décorées ; parmi les décorations, il y a d’ailleurs de nombreuses crèches de différentes sortes : vivantes, en bois, en argiles et même en pain parfois !

 

            En Slovénie, les fêtes de Noël sont les plus grandes fêtes familiales. Bien avant les fêtes chrétiennes, on célébrait déjà, à la même période de l’année, le Dieu soleil et sa descendance. Au moment du solstice d’hiver, on célébrait en effet la fin de l’ancien soleil et le début d’un nouveau cycle. De ce fait, de nombreuses légendes, traditions et même des superstitions perdurent encore aujourd’hui. Toutefois, certaines traditions connues dans d’autres pays européens comme les décorations en hommage à la nature sont aussi présentes dans le pays.  Par ailleurs, les slovènes parlent des « 3 Noëls » : le 25 décembre, le Nouvel An et les Rois. Ces jours sont fériés et importants pour les familles slovènes : les enfants eux par contre, reçoivent leurs cadeaux le 24 décembre au soir.

 

                                                                         Angèle LIAIGRE et Laurane CHEDALEUX

 

 

 

 

Nos réseaux