Les Tribunes de la Presse 2014 : une tribune pour l'Europe ?

Fou du Droit - janvier 2015

        Onze débats, huit ateliers, une vente aux enchères, une projection, une exposition, une librairie, des centaines de visiteurs..quel thème peut donc bien rassembler ainsi ? Une fois n'est pas coutume, il s'agit de l'Europe !  Les problématiques européennes furent en effet à l'honneur lors de la quatrième édition des Tribunes de la presse à Bordeaux, les 6, 7 et 8 novembre derniers.

 

        Cet évènement, présidé par le journaliste Bernard Guetta, rassemble tous les ans des professionnels reconnus du journalisme ainsi que divers spécialistes autour d'un sujet donné. Loin d'être univoque, la question englobant ces trois jours laissait présager quelques confrontations : "l'Europe, la défendre ou la pourfendre ? " Sept étudiants du Parcours Europe venant des trois promotions  se sont rendus à Bordeaux pour assister aux débats. Nous avons pu apprécier la diversité des problématiques abordées et l'articulation entre l'objet européen et la profession de journaliste : les journalistes en poste à Bruxelles sont-ils des technocrates qui s'ignorent ? L'Europe est-elle le désespoir de l'Afrique ? La presse doit-elle faire la guerre à Poutine ? Musulmans européens, bien dans leurs baskets ou mal dans leur peau ? La Chine va-t-elle finir par acheter l'Europe ? …

      Autant de questions traitées avec pédagogie par des professionnels aguerris ! La projection du film d'Antoine Vitkine Populisme, l'Europe en danger a notamment fait grande impression sur notre petit groupe. Le réalisateur a pu s'approcher au plus près des leaders populistes européens, et en dévoiler les stratégies et enjeux internes. (L'AEPE réfléchit actuellement à un créneau pour inviter M. Vitkine à projeter son film à Nantes).

       L'impression laissée par ces trois jours d'échanges est celle d'une Europe qui questionne, divise, déroute, avance malgré tout, ainsi que celle d'un journalisme qui sait se questionner sur lui-même. Lors de chaque débat, la parole était laissée au public qui a pu exprimer son intérêt et son désaccord, ce qui a donné lieu à des échanges parfois vifs : des citoyens européens ont pu s'exprimer sur des questions européennes, faisant signe d'une société civile européenne pour une fois à l'œuvre, dans les salles du Théâtre national de Bordeaux ! Tous ces éléments remarqués sur le terrain témoignent d'une Europe bien vivante, puisqu'elle interroge et divise.
        La surprise de ces trois jours fut par ailleurs de constater que les journalistes prennent en charge ces questions européennes avec rigueur et engagement. Cette réflexion journalistique sur l'Europe est d'autant plus surprenante que cette dernière n'est pas vraiment présente dans les médias de masse, où elle est le plus souvent traitée superficiellement, ce dont les intervenants ont semblé conscients. Une question demeure donc, et ce fut d'ailleurs celle d'un des débats : pourquoi la presse est-elle inaudible quand elle parle d'Europe ?! La réponse réside peut-être dans la manière dont on parle de cette Europe si peu comprise. Ainsi la précision avec laquelle les intervenants se sont exprimés contrastait cruellement avec le flou qui caractérise les articles ou discours des correspondants à Bruxelles. 

 

Alors, à quand, un journalisme européen efficace ?

 

Elise RACQUE

Nos réseaux