La Saint-Valentin pour les nuls

Fou du Droit - février 2014

        A l'heure de la fête des amoureux, petit tour d'Europe des traditions en la matière !

 

        Tous les pays n'ont pas entériné la tradition de la Saint-Valentin de la même façon. Par exemple l’Allemagne ne l’érige pas en fête nationale – la tradition de la Saint Valentin comme fête des amoureux ne se serait importée dans ce pays qu’après la Seconde guerre mondiale, grâce… aux anglo-saxons. Et en Espagne, le jour des amoureux change selon les régions. A contrario, les italiens et les anglo-saxons la fêtent à grand coups marketing sous couvert de fête romantique. Bien entendu avec l’expansion des moyens de communication et ce phénomène économique qu’est la mondialisation, même les cultures asiatiques pratiquent la Saint Valentin le 14 février maintenant (enfin, plus ou moins)… Plus si romantique que ça finalement ?
    Romantique ou non, la fête de la Saint-Valentin est entrée dans la tradition. Aujourd'hui, la Saint-Valentin rime surtout avec ventes de fleurs, ventes de chocolats, ventes de cartes, ventes de menus pour dîners aux chandelles,… Bref, commerce, commerce quand tu nous tiens ! Aujourd’hui, bien que nous parant de "tout ça, c'est commercial", lancés du haut de nos hauteurs éclairées, il faut reconnaître qu'il est bien difficile d'échapper à cette fameuse journée où soudain l'amour prend forme, dans une sorte de nécessité effrénée. Si vous, mesdames, vous avez eu à subir la mièvrerie d'un homme subitement (et maladroitement) romantique ; si vous, messieurs, vous connaissez les files d'attente devant la fleuriste, à l'heure de la fermeture, tentons tout de même de passer cette journée de la meilleure manière possible, en s'aidant du guide de survie ci-après :

1) N’allumez la radio que si vous êtes sûr de pouvoir supporter toutes les blagues des animateurs sur cette fête

2) Regardez droit devant vous quand vous marchez dans la rue pour oublier les vitrines des chocolatiers

3) Ne voyez pas d’amis en couple, c’est plus sûr

4) Ne voyez pas d’amis qui pourraient encourager votre moitié (ou vous-même !) à finalement vous acheter du chocolat (qui viendra compléter celui de Noël)

5) Bannissez les mots « fleurs », « chocolat », « cupidon » de votre vocabulaire

6) N’allez pas sur Facebook ou Twitter, c’est pour votre santé mentale…

7) Évitez également les membres de votre famille qui ne manqueront pas de vous demander si vous fêtez la Saint-Valentin

8) N’allumez, évidemment, pas la télévision et n’ouvrez pas de journaux, on n’est jamais à l’abri des questions existentielles des journalistes sur la Saint-Valentin

9) Songez que la journée ne dure que 24 heures de souffrances (bien qu’il faille rajouter la journée précédente où chacun se demande ce qu’il va bien pouvoir offrir…)

10) Que vous soyez en couple ou non, profitez de votre journée sans toucher à votre porte-monnaie !

        Outre ces considérations quelque peu cyniques, la Saint-Valentin ne fait-elle pas finalement partie de ces journées qui rassemblent les individus, dans la joie, ou l'agacement ? Ces jours où, même si non concerné, chacun sait qu'une tradition est à l'œuvre. Se réveiller le 14 Février, c'est un peu comme se réveiller un jour de vote : que nous participions ou non, il y a comme un lien implicite dans l'air, une conscience collective qu'aujourd'hui, quelque chose, important ou non, nous relie dans son aspect public, voire publicitaire. Ne seraient-ce pas ces jours de conscience collective qui sous-tendent, d'une certaine manière, celle d'une communauté (malgré les divergences européennes voire mondiales) ? Question intéressante, mais hypothèses socio-philosophiques à oublier le 14 : le choix du chocolat est primordial !

 

Anouchka LECAILLE & Elise RACQUE

Nos réseaux