Jean Quatremer, un Français à Bruxelles - Portrait d'un journaliste atypique

Fou du Droit - septembre 2015

           Travaillant depuis 1984 pour le journal Libération, Jean Quatremer est le seul journaliste français présent à Bruxelles auprès des institutions européennes. Les étudiants du Parcours Europe l’ont rencontré en juin lors d’un séjour pédagogique dans la capitale belge. Homme engagé et passionné par l’Union Européenne, voici donc le portrait (trop) rapide d’un homme pour qui les engrenages politiques européens ainsi que ses différents acteurs façonnent le quotidien. Né en 1957 à Nancy, il a fait des études de droit et s’est spécialisé en droit international privé, droit du commerce international et droit européen. Après avoir travaillé dans un cabinet d’avocat, il a commencé à couvrir en 1990 l’actualité communautaire européenne pour le journal Libération dont il est l’unique correspondant sur Bruxelles. De 1984 à 1990, il écrivait déjà pour la rubrique « immigration » avant d’être responsable du défunt cahier « Europe » de 1990 à 1992. 

 

           Parmi ses nombreux reportages, que ce soit sur des sujets européens ou de société pour la télévision (France 2, Arte, …), on peut retrouver L’union et la Force (2009) ou encore plus récemment Grèce année zéro (2014) réalisé avec Pierre Bourgeois. Certains de ses articles ont cependant eu un retentissement beaucoup plus conséquent sur la scène médiatique et politique de l’Union Européenne : c’est le cas par exemple de ses révélations sur la façon dont la Commission Européenne a minimisé les risques de transmission à l’homme de la maladie de la vache folle. Il a  aussi contribué, avec d’autres journalistes, à mettre au grand jour l’affaire des emplois fictifs d’Édith Cresson ce qui a, par la suite, mené à la démission de la Commission Santer en mars 1999. Il a publié des enquêtes sur les écoutes américaines au sein de la Commission ou encore sur les dérives de la lutte anti-fraude à Bruxelles et es écrits sur une Bruxelles « pas belle » ont provoqué une vive polémique après leur publication en 2013. Enfin, c’est le premier à avoir évoqué publiquement la relation particulière qu’entretient Dominique Strauss-Kahn avec les femmes. Son livre Sexes, mensonges et médias revient d’ailleurs sur le silence médiatique dont bénéficieraient les grands responsables politiques à ce sujet.

 

           Jean Quatremer aime provoquer et, lorsqu’il trouve un sujet qui l’intéresse, il ne le lâche pas. Toutefois, bien que l’actualité européenne soit riche et au cœur des débats actuels, l’intérêt des journaux français pour l’Union Européenne reste très faible et très largement insuffisant. Les informations sont souvent trop incomplètes ou mal rédigées ce qui n’encourage pas les français à s’intéresser à l’Europe d’aujourd’hui.  On ne peut donc que se réjouir de la présence de Jean Quatremer sur Bruxelles qui apporte, à sa manière, des informations sur les enjeux débattus dans la communauté européenne. Avec le manque de confiance et de transparence démocratique reproché aujourd’hui à la communauté européenne, il est plus qu’important de suivre les travaux de ce journaliste : à chacun ensuite de se faire sa propre opinion.

 

Angèle LIAIGRE

Nos réseaux